biographie

je suis né à bordeaux en 1971 ; je vis et travaille entre ma ville natale et quinsac, aux portes de l’entre-deux-mers.

mes racines musicales sont le free jazz et l’improvisation, que je pratique depuis une vingtaine d’années, et dont témoignent beaucoup de disques et de nombreux concerts en clubs, festivals, musées, galeries et autres, à travers l’europe et bien au delà.

depuis toujours et de manière paradoxale vis-à-vis de mon activité de percussionniste « free », je me suis intéressé à ce que l’on appelle communément le silence, ainsi qu’aux dynamiques très douces, travaillées comme un passage pour accéder à cette zone silencieuse.

je me questionne aussi et surtout sur ce que je considère toujours comme un mystère :

comment le son joué peut-il venir troubler l’écoulement du temps ?

à partir du printemps 2017, mes projets se recentrent autour de plusieurs duos (forme qui a toute mon affection), avec michel doneda au saxophone (« ici en deux »), sophie agnel au piano (« silence was pleased »), jean-luc cappozzo à la trompette (« ceremony »), beñat achiary au chant (« hors ciel »)

en solo, je travaille à l’écriture d’une pièce pour timbale baroque et cymbales intitulée « quotidien de l’empreinte », qui occupe la plus grande partie de mon temps musical et l’essentiel de ma concentration.

les nombreuses notes manuscrites et les différents signes graphiques qui y sont apposées (qui correspondent aux différentes étapes de travail du projet) ont fini par constituer un corpus de dessins, objets visuels autonomes, qui visent à être exposés (associés à une installation sonore co-réalisée avec l’ingénieur du son loïc lachaize)

Ce travail en solo est soutenu par le théâtre des quatre saisons (gradignan), avec lequel je travaille en tant qu’artiste associé. quotidien de l’empreinte y sera joué le 1er février 2018 dans le cadre du festival 30’30 et y sera également enregistré par loïc lachaize fin 2017.

je travaille aussi des formes qui mettent en jeu le texte (avec romain jarry – compagnie des limbes) et l’image (avec denis cointe – compagnie translation)

je reste également fidèle à cette esthétique héritée du free jazz et de la musique dite improvisée, avec principalement le trio « Pourtant les cimes », en compagnie de daunik lazro au saxophone et de benjamin duboc à la contrebasse. le disque « sens radiants » (dark tree records) est à ce titre un enregistrement que j’assume totalement.

j’ai pris part activement à l’aventure du label amor fati (2003-2011), et à celle – toujours vivante – des éditions [• entre deux points •]

j’aime également transmettre mon expérience du son dans le cadre d’ateliers (individuels et collectifs) et je donne des conférences sur l’histoire de la batterie de jazz.

je travaille aussi à la mise en place d’une thérapie grâce aux vibrations des cymbales (« cymbalopathie »), suite à de nombreux retours sur les effets apaisants que semblent avoir ces instruments, aussi bien d’un point de vue physique que psychique (notamment leur influence sur le sommeil)

Publicités